Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 08:34

 

Sans-titre-1-copie-1.jpg

Soirée exceptionnelle! C'était annoncé, même si aucun véritable indice n'était donné quant à la nature particulière de ce "19h19"...

 

Et les présents ne furent pas déçus.


Exceptionnelle, tout d'abord, la présence de l'invité Paul Ardouin: 91 ans, l'esprit et la mémoire d'une vivacité que beaucoup peuvent lui envier.

Intarissable sur sa pa vie de paysan, sur ce que sont devenus les paysans aujourd'hui, ici et ailleurs. Sur le capitalisme qui broie, qui accapare les terres en Asie ou Afrique. Les banques qui demain s'approprieront les terres d'ici...

OMC, FMI, PAC, des sigles qui sonnent comme autant de coups portés.

Le syndicalisme agricole, le Conseil National de la Résistance et François Tanguy-Prigent seul ministre de l'agriculture qui trouve grâce à ses yeux... Celui qui fut Ministre de l'agriculture de 1944 à 1947 favorisera le développement des syndicats, coopératives. Il créera aussi le statut de fermage et de métayer protégeant ainsi les paysans dans un monde rural où les gros propriétaires étaient tout puissants.

 

Sans-titre-12.jpg

Christian Bonneville et Paul Ardouin

 

Quelques lignes de son livre qui, sans angélisme, posent bien la question des difficultés des agriculteurs à s'organiser aujourd'hui:

" D'abord, il faut être clair. Nous devons enlever de l'esprit des agriculteurs ce slogan populiste: "Tous unis".

Cette unité de façade n'existe pas. Les forces libérales la mettent en avant pour que les petits paysans deviennent des fantassins se faisant tuer pour les gros.

Certes, on peut mettre tous les agriculteurs d'accord sur un principe corporatiste précis pour une unité d'action de courte durée (grève de livraison, grève des impôts ou paiement de ceux-ci en déversant des produits agricoles devant les perceptions). Dans des actions syndicales de longue durée apparaissent rapidement les contradictions d'intérêts entre les diverses structures agricoles, les différentes productions.

L'intérêt du producteur de chasselas ou du producteur de fruits d'été des coteaux n'est pas celui de l'arboriculteur spécialisé sur des dizaines d'hectares qui occupe une main d'oeuvre permanente et saisonnière. L'exploitant familial polyculteur voit dans le céréalier spécialisé un adversaire qui va le faire disparaître. Le maraîcher de proximité sur quelques centaines d'ares est étranglé par les productions super mécanisées dans les grandes serres.

Le conflit existe en permanence entre agriculture paysanne et agriculture capitaliste. Conflit d'intérêt encore accentué par la politique des coopératives et des banques plus au service des gros que des petits, la politique des aides de Bruxelles distribuant à moins de 20% d'agriculteurs 80% des aides.

Il est essentiel pour le syndicalisme progressiste, autant au MODEF qu'à la Confédération paysanne, de tuer ce mythe de l'unité paysanne. Au service de la FNSEA, des technocrates et des ministres, l'unité paysanne cache en fait la mise en place de la concentration agraire faisant disparaître les exploitants familiaux au profit de l'agriculture productiviste."

 

Quand on l'interroge sur les solutions pour résister, bien sûr les choix politiques en amont sont essentiels mais ne peuvent être apuyés que par la prise de conscience des consommaterurs qui doivent s'organiser, proposer aussi aux producteurs des alternatives à la grande distribution...

 

ça tombe bien! Si le Recantou existe, c'est que nous l'avons voulu avec les producteurs!

 

Exceptionnelle, donc, cette soirée car c'était aussi le 1er anniversaire de l'ouverture du Recantou.

 

images.jpeg

 

Exceptionnelle...? Oui, car c'était le 100èmme "19h19" de l'APRES

 

Sans-titre-11.jpg

Tout un symbole que de partager cette soiré avec Christian Bonneville, compagnon de Paul Ardouin, qui est historiquement du début de l'aventure que nous écrivons entre les consommateurs de l'APRES et les paysans.

 

 

 

Et pour le repas habituel - au prix modique habituel !- Christian Bonneville et la ferme des Pibouls mettaient les petits plats dans les grands avec le foie gras de la production.

 

Autour de la grande table de toutes ces résistances affichées, ne manquait que dans un coin Assurancetourix attaché...

 

Sûr, ce soir, les présents ne le regretteront pas!

 

Paul-Ardouin-010.JPG

Partager cet article

Repost 0

commentaires