Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 07:39

 

mercredi 26 septembre, «19h19 » de l’APRES 

au RECANTOUdownload


42 rue des 7 troubadours, (métro Jean Jaurès ou Marengo SNCF)


« Somonte : l’Andalousie et nous… »

 

Sans-titre-1-copie-1.jpg

 

Débat avec Jean-Pierre Petit-Gras


La terre n'est pas une marchandise... sauf si on la laisse aux marchands! C'est ce qu'ont pensé lesjornaleros de la province de Palma del Río (province de Cordoue) qui, le 4 mars 2012, ont occupé la Finca Somonte. Le gouvernement andalou s'apprêtait à mettre aux enchères cette propriété de 400 hectares, que seuls des aristocrates ou des fonds d'investissement auraient pu s'offrir. Mais, dans cette région où 40% de la population est au chômage, des femmes et des hommes ont pris leur destin en mains... ça marche, et c'est exaltant !

Dans le Tarn voisin, un projet d'installation collectif exprime la même exigence : ne leur laissons pas la terre ! Témoignages, diapositives…

 
Et comme toujours aux 19h19 de l’APRES… assiettes et vin bio imagesVerre de vin

 

http://l.apres.over-blog.com/                                                                              apres.asso@yahoo.fr

 

APPEL

 

 

Pour atteindre la première étape (l'acquisition) du projet de terre commune à La Fontié, il nous manque encore un peu d'argent...

Nous avons décidé de ne pas faire appel aux banques. Mais nous sommes confiants: d'abord parce que de nombreuses personnes partagent ces quelques idées (toutes simples) qu'il faut, d'une façon réelle plutôt que virtuelle, remettre les pieds sur terre, diluer la propriété privée dans le bien commun, rechercher les moyens de l'autonomie alimentaire, énergétique, etc, reconstruire des liens de solidarité, partager les savoirs qui se rattachent à toutes ces questions...

Ensuite parce que plusieurs paysans de la région, en premier lieu celui qui nous vend sa ferme, sont prêts à nous soutenir fermement dans cette aventure.

 

Pour résumer notre situation « financière » :

1/ Des parts sont disponibles dans la SCI (Société Civile Immobilière)
qui va acquérir la nue-propriété de la terre et du bâti. Ces parts
sont de 500 euros chacune. A ce jour (24 octobre), il reste à en « placer » une petite trentaine.


2/ L'association coopérative paysanne du Dadagout, qui louera dans un premier temps les
terres (afin de couvrir les charges) et s'occupera des activités sur celles-ci, a besoin de
contributions financières. Celles-ci sont d'un montant de 50 euros chacune.

Rappelons qu'à terme le projet est que la coopérative devienne la véritable propriétaire du foncier.

 

***********************************************************

 

 

LA FONTIÉ : VIVRE SUR UNE TERRE  COMMUNE

  201210161219_w350-copie-1.jpg

 

Nous sommes un groupe intergénérationnel de 9 personnes (de moins de 30 à plus de 60 ans). Notre volonté est de créer à la Fontié un lieu sur lequel nous habiterons et qui sera ouvert à un usage coopératif. A cette fin nous créons une structure immobilière, la SCI la Fontié et une association, la Coopérative Paysanne du Dadagout.

 

 La Fontié sera à la fois terrain d'expérimentation et d'apprentissage, terroir porteur d'histoires anciennes et de rêves à venir ; territoire dont nous aspirons à devenir non pas les propriétaires, mais avec d’autres, les continuateurs et les responsables. Il s'agit pour nous de remettre les pieds sur terre et de retrouver une existence basée sur l'autonomie collective, l'entraide, la simplicité, la joie de vivre ; pour tout dire d’opérer une reprise de pouvoir sur nos vies engluées dans les progrès du déracinement et de l’enfermement ambiant. 

 

Nous aspirons à préserver ce lieu et sa capacité à demeurer une terre nourricière et accueillante. Nous voulons y mener des activités paysannes, en rupture avec les logiques industrielles et ce dans un cadre coopératif. 

Ces activités auront pour but principal de procurer aux habitants et habitantes ainsi qu’aux coopérateurs et coopératrices une autonomie alimentaire, la plus complète possible. Insérées dans un ensemble plus large de productions diverses, d'entraides, d'échanges et de solidarités avec des paysans et habitants de la région, elles viseront à  favoriser l'accès à la terre,  la diffusion de savoir et de pratiques culturales, pastorales, éducatives, sanitaires, festives, politiques.

Ces activités s’intègrent dans un mouvement qui s’enracine dans de multiples lieux dans le monde pour favoriser l’ouverture sur d’autres horizons de vie, mouvement qui s’attache partout à reconstruire du commun avec ceux qui désirent se sentir co-responsables du territoire qu’ils habitent et qui les nourrit. A ces fins les habitants et les habitantes de la Fontié s’associeront avec toutes les personnes qui le souhaitent dans une coopérative en charge des terres communes et de ce qui y poussera.

 

***********************************************************

 

 

La Coopérative Paysanne du Dadagout

 

La Fontié sera le siège de l’association Coopérative Paysanne du Dadagout qui se propose d’être un espace d’échange, de partage et de mise en valeur de savoir et savoir-faire. Cette association, qui bénéficiera d’un bail sur l’usage des terres et d’une partie du bâti, a la volonté de participer à la construction d’un territoire habitable et habité.

La Coopérative Paysanne du Dadagout permettra à ses membres de se réapproprier une terre nourricière pour en faire un bien commun. Elle ouvre la voie aux rencontres et aux partages autour d’activités paysannes (voir illustration).

C’est lors des réunions de ses membres que s’opéreront les choix des cultures, leurs emplacements, les plannings appropriés, les volontés d’apprentissages de savoir-faire, les désirs de rencontres festives et d’autres initiatives…

Les coopératrices s’engagent dans une démarche collective autour d’une culture (la vigne, le blé ou la milpa* par exemple) dont les buts, motivations et modalités d’organisation seront déterminés collectivement. Si le plaisir de faire ensemble et de partager les récoltes prime, l’aventure a des exigences et un coût (dépendant des frais de semences, d’outillage et autres charges) qu’il faut également partager. Cette aventure représente donc un engagement de soi (planification de la culture, activités propres à sa réussite, participation financière,…).

 

Quelques précisions :

-          La forme juridique choisie pour l’acquisition de ce lieu est une SCI (Société civile immobilière au capital initial de 320 000 euros réparti en 640 parts de 500 euros)

-          Grâce aux contributions qu’elle recevra (dons et adhésions), l’association participera à la prise de parts dans la SCI et impulsera le développement des activités paysannes sur la Fontié.

-          Cette coopérative aspire à un usage commun de la terre ouvert au nombre le plus large possible de coopérateurs et de coopératrices.

-          La terre ne pourra être ni vendue ni morcelée. La possibilité d’accueillir de nouvelles habitantes sera envisagée à mesure de l’avancement du projet. Le vécu partagé qui l’habitera en fera progressivement un territoire commun.

 

Pour lancer le projet il convient de trouver des donateurs pour l’association et/ou des souscripteurs de parts de la SCI.

Pour nous joindre appelez Angèle ou Jean-Pierre au 05 61 61 53 30
ou Claire ou Pascal au 05 67 87 80 38 ou Sandra ou Jean au 05 63 58 57 36
ou Renaud au 05.63.42.11.17  ou croisez Bertrand ou Stéphanie,
ou écrivez-nous à lafontie@la poste.net ou rejoignez nous en quelque occasion

 

* champ dédié à la culture traditionnelle du maïs, associée aux haricots, courges, tomates, physalis et autres plantes

Partager cet article

Repost 0
Published by l'apres - dans Programme
commenter cet article

commentaires